8 décembre

Tomohiro et Shoko, 40 et 3 ans, vente
Pour une fois que je voyais un père et son enfant, j’en ai profité. C’est toujours des mères et cela en devient lassant… En ce samedi matin, un peu avant 9 heures, ils allaient à la crèche. Pour le coup, j’ai cru que Tomohiro travaillait mais non. Précisément parce qu’il ne travaillait pas, il était avec sa fille et allait faire quelque chose à l’école. Shoko ne bougeait pas, ne parlait pas, ne souriait pas. Tomohiro a quand même un peu écarté la polaire qui l’emballait pour qu’on puisse la voir un peu mieux. A l’évocation de ma nationalité, Tomohiro me parla d’un ami qui était mariée avec une Alsacienne. Lui-même avait été en France pendant trois semaines il y avait 13 ans. Il avait fait un voyage routard du nord au sud et avait beaucoup aimé.

Cedric Riveau

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.