29 novembre

Tomie, 65 ans, femme au foyer
Tomie allait à son école de calligraphie à Ikebukuro. Elle habite à Saitama mais se déplace jusqu’à Ikebukuro pour améliorer ses techniques. Elle dit qu’elle a encore beaucoup à apprendre même si cela fait déjà longtemps. Tomie l’enseigne quand même à des enfants trois fois par semaine. Un petit boulot à mi-temps. Quand je lui ai dit que j’étais français, elle était très heureuse de pouvoir raconter son expérience. Elle s’était rendue en France avec sa fille quelques mois auparavant et avait adoré. Ce qui l’avait plus surpris fut que les gens parlaient japonais. Cela m’a aussi surpris… Rien de particulier ne l’a frappé parce que tout ce qu’elle a vu l’a frappé. Sa fille connaissait un ami qui vit une partie de l’année à Paris car il expose des oeuvres dans la galerie commerçante du Louvre. Du coup, il a servi de guide et elles en ont bien profité.

Cedric Riveau

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.